samedi 18 février 2012

Verticale Bunnahabhain



Je vous l'annonçais le 31 décembre dernier, après la (re)découverte du single malt de la distillerie Bunnahabhain (petit aparté histoire de ne pas se ridiculiser en société : le nom de la distillerie se prononce Bou-na-ha-venn), via un single cask de 13 ans d'âge sélectionné et mis en bouteille par Adelphi, puis grâce au tout récent 20 ans d'âge signé Master of Malt, j'avais bien l'intention de ne pas m'arrêter en si bon chemin et d'en découvrir plus sur cette distillerie, la plus au nord, de l'île d'Islay.

En vu d'une séance de dégustation, j'ai donc passé commande de quelques échantillons chez mon fournisseur préféré et fouillé dans les quelques autres que j'avais pu me procurer lors du Whisky Live, en septembre dernier, ou que m'avaient directement fourni les embouteilleurs indépendants. But de l'opération, en savoir un peu plus sur ce qui se cache dans les chais de Bunnahabhain.

Bunnahabhain 12 ans - embouteillage officiel - 46,3 %
Le 12 ans officiel est, sans grande surprise, le plus neutre de cette sélection. Il permet d'appréhender le caractère chaleureux et musqué du single malt de cette distillerie, mais avec une relative douceur et sans trop de complexité. Bien marqué par le sherry sans toutefois se laisser dominer, le 12 ans officiel laisse augurer de très bonnes choses pour les 18 et 25 ans de la gamme que je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de goûter (surtout le 18 ans que je considère comme un très bel âge pour un whisky des îles : les Caol Ila, Highland Park et Talisker de cet âge sont merveilleux).

Bunnahabhain 10 ans - 2001 sherry wood - Wilson & Morgan - 46 %Le second, et au final le plus atypique de tous, est une petite merveille de l'embouteilleur italien (installé à Edimbourg) Wilson & Morgan. Ce single malt, mélange de trois ex-fûts de xérès (sherry en anglais), de couleur "or pale" que je me réservais depuis le Whisky Live (grazie mille Luca) est le plus frais et sans conteste le plus fruité de ces six Bunnahabhain. Un whisky d'apéritif, gourmand (avec son petit côté tarte tatin/tarte au citron meringué), bien calibré pour les débuts de soirées estivales, à siroter de préférence en préparant le barbecue.

Bunnahabhain 9 ans - 2000 - Adelphi - 59,2 %
Bunnahabhain 10 ans - 2000 - Adelphi - 59,8 %
Bunnahabhain 13 ans - 1997 - Adelphi - 57,2 %
Les trois suivants sont signés Adelphi et ils sont très marqués par le sherry (xérès) et le bois. Ils sont riches et chaleureux. Les deux plus jeunes, en tout cas les deux échantillons à ma disposition (à vérifier avec un verre provenant directement des bouteilles) sont marqués par une forte odeur que j'apparenterais à du solvant (ou à la colle scotch en tube de mon enfance). Cette saveur, bien trop présente pour le 9 ans d'âge, se laisse légèrement dominer en bouche par la noix de coco caractéristique de certains whisky vieillis en fûts de sherry (comme les vieux Glenfarclas) pour le 10 ans d'âge. Le 13 ans de 1997, lui, est admirable ! (lisez ce que j'en pense ici)

Bunnahabhain 20 ans - 1990 - Master of Malt - 54,1 %
Enfin, le plus âgé de ce panel est le tout récent single cask de 20 ans sélectionné et mis en bouteille par Master of Malt que le Père Noël a eu la bonne idée de glisser si gentiment dans mon petit soulier et, dont je viens également de recevoir un échantillon par la poste*. Celui-ci est un monstre de xérès (sherry monster dans la langue de Shakespeare) avec tout ce que cela implique : richesse, profondeur, boisé, tanin… avec en plus une légère pointe de fumée. Un digestif de toute beauté à un prix incroyablement abordable pour ce type de whisky !

Au final, mon trio gagnant, pour un repas au whisky :



* Cet échantillon, j'ai décidé de l'offrir à l'un d'entre vous. Pour cela, il vous suffit d'aller sur la page FaceBook de La Cave de Cobalt (ici), d'"aimer" la page et de commenter mon dernier message. Le gagnant sera tiré au sort par une main innocente (ma fille de 4 ans) et révélé mercredi dans le courant de la journée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire