mercredi 20 octobre 2010

Premier coup de cœur - Glenglassaugh





Qui aurait pu penser qu'un amateur de Single Malts originaires d'Islay et des îles (Skye, Orkney) puisse consacrer son premier coup de cœur à une distillerie des Highlands ? Et pourtant ça me semblait une évidence depuis mon retour du Whisky Live Paris en septembre dernier. Explications.

J'ai découvert Glenglassaugh en août 2009. L'annonce de sa réouverture un an et demi plus tôt, m'était passée sous le nez et, c'est en apprenant que cette distillerie serait présente lors du Whisky Live 2009 à Paris et qu'elle aurait quelques échantillons de son New Make Spirit, qu'un titillement de curiosité m'a poussé à y voir de plus près.
L'esprit ouvert à la découverte, je me présentais donc sur le stand de cette distillerie des Highlands qui venait de rouvrir après une période de 22 ans de sommeil.
C'est une longue conversation avec Stuart Nickerson ("managing director" de la distillerie) et son acolyte Graham Eunson, suivie d'une dégustation de leur New Make Spirit agés de 0 (The Spirit Drink that dare not speak its name) et 6 mois (The Spirit drink that blushes to speak its name)* qui m'ont convaincu du bien-fondé de cette réouverture et surtout de la qualité et de l'originalité de leur distillat.
De plus, à l'instar de la distillerie Glann ar Mor (Bretagne), Glenglassaugh propose l'achat de fûts de 50 litres aux particuliers pour une période de vieillissement comprise entre 3 et 7 ans. Si vos moyens vous le permettent et en fonction du type de fût choisi (chose unique au monde à ma connaissance), vous pourrez également devenir propriétaire de fûts de 210 à 580 litres de distillat que vous pourrez choisir de mettre vous même en bouteille après maturation de douze ans à plus de vingt ans si vous le désirez. Et chaque propriétaire peut suivre l'évolution de son achat grâce à l'envoi d'un échantillon prélevé une fois par an.
Le fait d'inclure les particuliers amateurs et/ou collectionneurs dans la vie et l'avenir de leur distillerie est un gage de convivialité et de confiance. Si cette dernière est réciproque, il ne fait aucun doute que le futur de Glenglassaugh devrait être radieux.
Tout sur ce stand respirait la passion. Étant moi-même de nature passionnée, la démarche de cette petite équipe d'indépendants ne pouvait qu'attirer mon attention. J'ai donc continué à suivre l'actualité de cette distillerie.
Cette année, non disponible sur le Whisky Live 2010 pour cause d'erreur du transporteur, de nouveaux produits avaient récemment fait leur apparition comme ce Fledgling XB (vieilli 12 mois en fût de Bourbon) et ce Peated (tourbé) que je m'empresserai de déguster dès que l'occasion m'en sera fournie. Mais la révélation fut la dégustation du 21 ans d'âge qui finit de me convaincre que Glenglassaugh était une distillerie avec qui il faut désormais compter, digne de confiance et aux produits exceptionnels (il suffit de voir le nombre de prix remportés par leurs différents embouteillages** pour s'en convaincre).

Pour compléter ce coup de cœur, vous pourrez lire très prochainement une interview de Stuart Nickerson "managing director" de Glenglassaugh, qui m'a fait l'amabilité d'accepter d'être mon premier invité dans la Cave de Cobalt.

*Le Distillat qui n'ose pas dire son nom et Le Distillat qui rougit de dire son nom — pas d'appellation Whisky avant 3 ans de viellissement, comme vous devez le savoir.
**pas moins de 4 médailles d'or dont une double pour les 21, 30 et 40 ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire